Comment les innovateurs industriels doivent-ils approcher le défi de la production industrielle soutenable ?

La réduction réelle des émissions de CO2 et de la pollution est programmée par de nombreux acteurs de l’industrie. Non pas en réduisant l’activité, mais en innovant pour augmenter la soutenabilité. Cette posture, qui se situe au-delà des symboles de communication, constitue une réponse à des pressions sociétales, politiques et réglementaires s’exerçant à des niveaux d’action divers.

Supprimer l’activité industrielle serait dans l’absolu la manière la plus simple de satisfaire ces pressions, et c’est ce qui se passerait dans un monde sans ouverture des économies et sans innovation technologique. Mais nous vivons dans des systèmes économiques ouverts, et cette ouverture permet de délocaliser des activités industrielles vers des zones moins réglementées, au moins pour un temps. Choix critiquable, mais lisible. L’innovation technologique vise au contraire à concilier production industrielle et soutenabilité du système de production. Choix casse-gueule, mais noble. 

Dans cette deuxième perspective, comment les innovateurs industriels doivent-ils approcher le défi de la production industrielle soutenable ? A Presans, notre conviction1 est qu’il faut commencer par bien spécifier la nature du défi de la soutenabilité. C’est dans cet esprit que nous allons montrer dans ce qui suit pourquoi la soutenabilité pose aux innovateurs industriels un défi de complexité systémique auxquels ils doivent répondre par l’entrepreneuriat et la technologie.

 

La soutenabilité environnementale de l’industrie représente un défi de complexité systémique

La soutenabilité environnementale contient quatre aspects : 

  • Conservation et régénération des ressources naturelles2
  • Réduction de la pollution
  • Réduction des émissions de CO2 et des gaz à effet de serre
  • Protection de la biodiversité

Réduire la pollution et les émissions de CO2 peut aussi avoir un effet bénéfique en termes de conservation des ressources et de protection de la biodiversité. De manière générale, la soutenabilité environnementale résulte d’un ensemble de facteurs interagissant au sein d’un système complexe.

Les questions de soutenabilité peuvent rapidement susciter la perplexité : 

  • Une partie de la population des pays développés est convaincue que la décroissance de notre système est nécessaire pour ralentir le réchauffement de la planète3 ;  
  • Une autre partie de cette population considère, selon une perspective largement apocalyptique, que notre salut, ou du moins celui d’un groupe d’élus, réside dans l’accélération technologique vers la transhumanité et l’abolition de la rareté économique.
  • Selon l’opinion d’un troisième groupe, les objectifs de soutenabilité environnementale de notre système doivent intégrer des considérations de justice sociale redistributive. Cette position se place en continuité intellectuelle avec les critiques plus ou moins radicales qui accompagnent l’évolution du système capitaliste depuis le dix-neuvième siècle.

Ces différentes perspectives peuvent se juxtaposer de diverses manières. On peut par exemple concevoir la Singularité pour les uns, et l’effondrement pour les autres. Mais même parmi ceux qui estiment que la vraie question est avant tout de concilier dès maintenant production industrielle et soutenabilité, certaines questions peuvent susciter des désaccords : 

  • Les méthodes traditionnelles peuvent-elles, dans le domaine de l’agriculture notamment, rivaliser avec, voire surpasser la productivité des méthodes et technologies industrielles4 ?
  • Que faut-il inclure parmi les technologies vertes ? Est-ce que le nucléaire est une technologie verte ? 

Tout innovateur industriel vise fondamentalement à faire évoluer dès maintenant un système hautement productif mais peu soutenable vers un système à la fois hautement productif et hautement soutenable. Dans les termes du tableau ci-dessous : passer de la ligne du bas à la ligne du haut, mais en restant dans la colonne de gauche. Et sans attendre que la survenue de la Singularité technologique nous débarrasse de tous nos soucis systémiques.

Productivité élevée

Productivité faible

Soutenabilité élevée

 
  • Production industrielle avec des technologies vertes ;
  • Production traditionnelle à productivité élevée.
 

Décroissance contrôlée du système économique.

 

Soutenabilité faible

  • Production industrielle avec des technologies non soutenables (essence d’origine fossile, engrais azotés, ciment, plastiques dérivés du pétrole).

Effondrement non contrôlé du système économique.

 

Construire un système de production industrielle soutenable exige une approche entrepreneuriale, seul ou à plusieurs

Fermer ou délocaliser des usines est une manière de minimiser le coût de la soutenabilité. Avec cette attitude, la position dominante d’une entreprise peut au mieux permettre d’absorber le coût des charges de soutenabilité. Pour être en capacité de répondre autrement au défi de la soutenabilité, il est nécessaire de transformer la soutenabilité en activité : de réellement gagner de l’argent avec des technologies vertes. Cela passe par des innovations de rupture et donc par une approche entrepreneuriale. Formulé autrement : plus facile à dire qu’à faire.

Pour de nombreux acteurs de l’innovation industrielle, ce constat conduit à envisager deux possibilités : y aller seul, ou en bande. Un choix entrepreneurial complexe. Les entreprises qui avancent seules sont plutôt rares, de nos jours. Tesla vient à l’esprit, avec son fort degré d’intégration verticale et horizontale (synergies avec SpaceX en particulier). Dans un monde de synergies industrielles en expansion, la question que chacun se pose est de savoir comment faire du Elon Musk quand on n’a pas de Elon Musk sous la main.

En bande, il faut tout particulièrement veiller à disposer d’une interface de coordination efficiente, capable de gérer les conflits et de faire avancer l’intérêt commun du groupement industriel. Mais dans tous les cas, il s’agit de passer de la ligne du bas à la ligne du haut du tableau qui suit : 

Position concurrentielle faible

 

Position concurrentielle forte

 

La soutenabilité est une activité

 

Se développer en se regroupant

 

Prospérer

 

La soutenabilité est une charge pesant sur l’activité

 

Réduire l’activité

 

Maintenir l’activité

 

Le défi de la soutenabilité industrielle implique des choix technologiques complexes

Les innovations de rupture dans la soutenabilité d’une activité reposent sur des choix technologiques complexes : 

  • Faut-il développer ou adopter une technologie alternative ou un substitut technologique ? Faut-il mettre en place un système circulaire ?
  • Quels sont le niveau d’impact et la maturité industrielle d’un technologie ? Quel est le bilan de soutenabilité global d’une technologie au sein d’une filière ?

Appliquer ces critères de manière synoptique à une filière donnée est une tâche complexe, car le paysage technologique évolue actuellement de manière rapide. Les questions de soutenabilité contribuent en ce sens fortement à replacer l’expertise scientifique et technique au centre de l’innovation5. Les choix technologiques d’aujourd’hui conditionnent la soutenabilité du système industriel de demain.

 

De la technologie à la synergie entrepreneuriale, et de la synergie entrepreneuriale à l’activité industrielle soutenable

La conviction de Presans est que la construction d’un système industriel soutenable passe par l’identification rigoureuse des meilleures technologies, et par la mise en place des bons regroupements industriels pour développer ces technologies innovantes. Entrepreneuriat et technologies de rupture sont deux armes essentielles pour relever avec succès le défi de la production industrielle soutenable.

Notes

  1. Fondée sur l’analyse d’une dizaine de projets en 2020 coordonnés par Presans et impliquant 6 grands groupes industriels.
  2. Au départ, la soutenabilité est une exigence inhérente à toute activité d’exploitation de ressources régénératives. La formalisation de la gestion soutenable commence historiquement dans le domaine de la sylviculture.
  3. Position défendue par Jean-Marc Jancovici, qui juge qu’une productivité élevée du système n’est pas plausible hors abondance de vecteurs énergétiques denses.
  4. Cf. Sustainability Out of the Past: How Archaeology Can Save the Planet, E. Guttmann-Bond, World Archaeology 42: 355–366 (2010).
  5. Cf. L’expert est de nouveau au cœur de l’innovation industrielle, J. Knight, open-organization.com (2020), et le white paper Presans Experts Create Problems.

Synergy Factory

We create on-demand multicorporate & multiexpertise task forces for innovation & Intelligence.