Nous sommes en 2131 de retour à Paris pour un jour spécial : Victoria se rend à son dîner annuel. Elle s’est débranchée du cocon virtuel que la ville lui fournit et cela fait du bien de ne pas être coincée dans une unité de stockage… du bien de ressentir une faim réelle de nourriture réelle… du bien d’avoir faim de personnes réelles.

L’un des plaisirs de ces réunions est de retrouver des amis de longue date, de les voir se livrer à une performance, et de leur livrer une performance… et de manger des plats délicieux, bien sûr. Mais cette année est différente. Les personnes réelles que Victoria a faim de voir seront des personnes réelles différentes. Une étrange peste émotionnelle a en effet récemment frappé les habitants de villes intelligentes telles que Paris, et certains anciens amis de dîner de Victoria sont atteints. Face à cette peste, les réseaux sociaux ont décidé de laisser des algorithmes améliorés passer au crible les données d’interaction de la ville pour optimiser des millions de dîners pour dix personnes. Leur objectif est de maximiser l’énergie émotionnelle de leurs utilisateurs. Le groupe de Victoria est un groupe parmi des millions.

Décrire les effets de la peste n’est pas une tâche facile. Victoria a du mal à identifier ce qui fait que certains de ses anciens amis semblent si éloignés d’elle et des autres. Une troublante et indicible aura rend impossible toute interaction avec eux. Bien qu’elle redoute viscéralement de les voir dans cet état méconnaissable, elle n’aime pas le fait que la ville ait décidé d’empêcher tout contact entre eux et les citoyens non contaminés, du moins jusqu’à ce que le problème puisse être résolu. Il est question de déployer plus de drones pour mieux mesurer ce qui se passe.

Mais ces problèmes peuvent attendre. Victoria est maintenant proche du point de rendez-vous, un jardin de style groenlandais cultivé sur le toit d’un centre de recherche en mathématiques. Un drone personnel emporte son pique-nique et prend des photos d’elle, en téléchargeant et en partageant automatiquement les photos réussies. Le temps est un peu nuageux, mais pas froid.

Synergy Factory

We create on-demand multicorporate & multiexpertise task forces for innovation & Intelligence.

Les règles du dîner de Victoria sont simples : apportez quelque chose de spécial à partager avec votre nouveau groupe. Outre le facteur mystère, cette règle garantit une expérience différente de l’absorption quotidienne d’une pâte de protéines nutri-génétiquement optimisée, dont le goût et la texture peuvent être modifiés de manière arbitraire en réalité virtuelle. Mais pour une raison ou une autre, la version augmentée de la pâte de protéines ne s’avère jamais aussi satisfaisante que la vraie nourriture. D’un autre côté, elle ne fait pas prendre du poids, elle ne rend pas malade, et elle ne prend pas de temps à préparer. Victoria choisit parfois d’augmenter virtuellement la pâte de protéines vers des chips avec une expérience gustative « goût de barbecue ». Après tout, pourquoi pas ?

La domination des pâtes de protéines à réalité augmentée sur le marché de la nutrition pour cocons VR remonte à la fin des années 2060. Bien entendu, les mêmes pâtes sont utilisées pour les résidents permanents de cocons intrusifs.

Les membres du groupe de dîner se présentent maintenant l’un à l’autre et montrent ce qu’ils ont chacun apporté. Simone, une amie de Victoria, annonce solennellement qu’elle est revenue à un régime de protéines d’insectes. Mieux vaut des protéines d’insectes que synthétiques, dit-elle. Simone est la seule personne présente issue du cercle de Victoria. Cela signifie que huit amis sont soit malades, soit absentes pour une autre raison… Les deux femmes échangent un regard inquiet, mais ne laissent pas autrement paraître leur inquiétude.

Parce que presque personne ne se connaît, les interactions entre les membres du groupe commencent assez timidement. Cette confusion initiale et cet embarras social offrent aux éléments les plus fanatiques l’occasion de prêcher sans entrave leur vision de ce qui constitue une bonne alimentation. Une jeune femme nommée Luna s’affirme convaincue de la supériorité nutritionnelle, thérapeutique et esthétique des algues lunaires… Victoria se dit que pour quelqu’un qui se nourrit d’algues lunaires, Luna semble posséder une excellente santé. Elle pense également qu’il est important de montrer son soutien aux produits provenant de la colonie lunaire.

Alors que tout le monde mâchonne des algues, Gérard, un homme grand et sinistre, propose à tout le monde des biscuits synthétiques ananas-noix de coco en forme d’hexagone. Victoria ne peut se résoudre à manger plus qu’une petite bouchée et son amie Simone entame une discussion animée sur les avantages des protéines d’insecte par rapport aux protéines de synthèse. Pendant que le débat s’intensifie, un autre homme, Ernest, allume un grand feu au centre de la réunion. Il dit que le feu servira à faire rôtir un cochon sauvage et que les gens devraient goûter au vin qu’il a apporté.

Cette déclaration fait cesser les conversations. Simone objecte que manger de la viande, comme cela a été démontré scientifiquement il y a plus de cent ans, est à la fois mauvais pour la santé, mauvais pour les animaux et mauvais pour la planète. Le triomphe de la civilisation est le triomphe de l’agriculture. Ernest répond que c’est peut-être vrai, mais que le triomphe de l’agriculture n’a peut-être pas été une amélioration d’un point de vue alimentaire.

Victoria trouve qu’il y a du vrai dans cette idée. Elle décide de participer à la discussion: «Le régime alimentaire des chasseurs ne peut supporter une population nombreuse et pourtant, il est meilleur pour l’individu. Le triomphe de l’agriculture est le triomphe de la quantité sur la qualité, des calories sur les protéines, des cultivateurs intelligents sur les chasseurs de bêtes courageux ! N’est-il pas naturel pour nous d’aspirer au frisson de la chasse ? L’homme primitif n’est-il pas un animal nomade, jamais lié à un lieu ou à une maison? Oui, l’agriculture transforme cette situation, transforme la Nature et transforme l’homme lui-même en une sorte de plante artificielle, liée à la terre et à son foyer. Mais nous vivons dans la grande ville mondiale ! Nous n’avons pas de foyer à habiter. Nous n’avons que l’intelligence. Cela ne nous rend-il pas semblable aux chasseurs nomades? Ou nos âmes sont-elles trop froides pour participer à une telle vie?

Victoria demande d’où vient la viande. « Je l’ai chassée », répond Ernest.

Gérard, le mangeur d’hexagones de synthèse, s’exclame que tout le monde sait qu’il n’y a plus de bêtes à chasser sur la Terre… Les yeux exorbités, il ajoute que selon une rumeur, des groupes cachés se rassemblent dans la nuit pour manger de la chair humaine dans cette ville… voilà à quoi conduit le désir de viande chez certains dépravés ! Et si cette viande n’était pas de la viande animale, mais de la chair humaine ? Mais le drone de Victoria confirme rapidement qu’il s’agit bien de viande de sanglier fraîchement chassée. La bave aux lèvres, Gérard explose : «Il est barbare de tuer des animaux, même des insectes, et à plus forte raison un sanglier ! Brûlons la viande et purifions-nous de cet acte immonde !

Mais Victoria tient à goûter la viande. Le chasseur lui sert une coupe, qu’elle mange et accompagne avec du vin rouge. Elle pense que l’algorithme de mise en correspondance de réseau social n’est pas un échec complet après tout. Peut-être que le foyer est l’endroit où les gens se rassemblent autour d’un feu.

Ernest lui demande ce qu’elle a apporté. «Un gâteau au miel, bien sûr», répond Victoria avec un sourire charmant.