Dans quel contexte les entreprises aujourd’hui créent-elles de l’innovation ?

Aujourd’hui il existe trois grandes tendances principales qui ont transformé la façon dans les entreprises gèrent l’innovation.

Tout d’abord les entreprises évoluent dans un monde où les connaissances – carburant de l’innovation –  ne sont plus une denrée rare et concentrée dans les mains des grandes entreprises. A présent, les connaissances sont nombreuses, disponibles et réparties entre un grand nombre d’entités qui sont de plus en plus petites et cela a eu, bien évidemment, un impact sur la manière dont les entreprises innovent. C’est l’ère de l’innovation ouverte.

On remarque aussi une accélération des cycles d’innovation avec une fonctionnalisation des entreprises, c’est-à-dire que les entreprises vendent de moins en moins un produit mais plutôt un service ou une fonction. Par exemple, avant on vendait une voiture, puis dans une période intermédiaire on vendait une voiture avec un package de services (service de navigation…) et maintenant l’objectif de tous les acteurs de la mobilité est de vendre la fonction : « aller de A à B, à la demande ».

Enfin, la transformation digitale a amené avec elle des nouveaux acteurs qui apparaissent sur la chaîne de valeurs historique et qui changent les règles du jeu. Ils ont entre-autre envisagé des business de manière orthogonale en mettant au centre de leur préoccupation la maximisation de la satisfaction du client.

Ces trois tendances convergent et évoluent rapidement en grande partie du fait du numérique.

Qu’est ce qui caractérise une entreprise innovante ou organisation ouverte ?

Les organisations ouvertes – qui sont la forme naturelle que prennent toutes les entreprises dans le cadre de leur transformation digitale – partagent un ensemble de caractéristiques communes.

Tout d’abord, elles sont fonctionnelles orientée utilisateur. Elles vendent une fonction ou un service qui cherche à maximiser la satisfaction de l’utilisateur final. Cela a un impact important sur les technologies sous-jacentes, sur le Business Model, le type de collaborateurs dont l’entreprise a besoin et la façon de travailler etc.

De plus, elles sont data driven. Ce ne sont pas forcément des business numériques, c’est-à-dire qu’elles ne vendent pas forcément une application mais le numérique est présent dans toutes les strates de l’entreprise et est au service de l’efficience opérationnelle.

Toutes ces entreprises mettent en œuvre des stratégies de plateforme. Un type de stratégie de plateforme consiste à externaliser une partie de l’innovation à des écosystèmes externes avec qui elles n’ont aucun lien de subordination. Par exemple, dans un contexte B2C, lorsque Apple a lancé l’IPhone, ils ont mis en place une plateforme d’infrastructure, l’Apple Store, au lieu de développer eux-mêmes toutes les applications. Cela permet au monde extérieur d’innover pour l’entreprise en s’appuyant sur ses données et ses outils. General Electric a mis en place le même type de plateforme mais dans un contexte B2B avec Predix, le premier « Application Store » à vocation industrielle.

Ces entreprises ont également recours au talent à la demande, c’est-à-dire qu’elles s’organisent pour mobiliser autour d’un projet, une équipe éphémère qui va chercher à répondre à un besoin spécifique. On a donc une organisation du travail plus fluide et plus ouverte.

Enfin, ces entreprises se donnent des missions inspirantes et cherchent à participer à l’élaboration d’un monde meilleur afin de capter la jeune génération de travailleurs qui cherchent à ce que leur travail ait du sens pour la société, mais aussi pour attirer les écosystèmes externes qui participent à la création d’innovation pour l’entreprise. A titre d’exemple, Tesla n’a pas pour mission de vendre des voitures mais d’accélérer la transition vers un monde énergiquement durable.

Quels conseils pourriez-vous donner a une entreprise qui souhaite entamer sa transformation digitale ?

Il n’existe pas de recette miracle, la transformation digitale dépend de nombreux facteurs. De plus nous n’avons pas assez de recul pour avoir des connaissances théoriques sur ce sujet. Il existe des entreprises précurseuses a partir desquelles on peut tirer un savoir opérationnel. Ainsi, tout en s’inspirant d’elles il faut tester, apprendre et avancer. Néanmoins si je devais donner quelques conseils qui me paraissent pertinents, je dirais que tout d’abord il faut aborder la transformation digitale d’un point de vue systémique, c’est-à-dire en prenant toutes les fonctions de l’entreprise en même temps et en tenant compte de leurs interactions. Il faut également être vigilant quant à la culture et l’héritage de l’entreprise qui peuvent être le premier frein à la transformation digitale. Finalement, il faut mettre en place des méthodes qui permettent de remettre l’utilisateur final au centre des préoccupations de l’entreprise. C’est notamment selon ces principes directeurs que nous accompagnons nos clients industriels dans le cadre de leur transformation digitale.

Quels sont les risques sociétaux de l’innovation et plus particulierement de l’Intelligence Artificielle ?

Il est vrai qu’il faut prendre en compte les scenarios potentiellement négatifs de l’innovation sur les entreprises, les individus et la société en générale. Si on prend le cas de l’Intelligence Artificielle, il n’y a pas de consensus quant à la date où on parviendra au point de singularité c’est-à-dire le point où la machine aura au moins une intelligence égale à celle de l’Homme. A ce moment-là, on rentrera dans un phénomène récursif ou les Intelligences Artificielles développées vont à leur tour pouvoir créer des Intelligences Artificielles et ainsi de suite jusqu’à parvenir à une Intelligence supérieure à celle de l’Homme. La grande question qui se pose alors est de savoir si les objectifs de l’Intelligence Artificielle seront alignés a ceux de l’Humanité. Ce genre de question sera d’ailleurs abordé lors de l’évènement d’intérêt général que nous organisons « Dystopia» et qui tente d’aborder la question de l’impact de la technologie sur la société en croisant les regards du technologue, du chef d’entreprise, du philosophe et de l’artiste.

*

Cet entretien est d’abord apparu sur le site Internet de la Chambre de Commerce Franco-Norvégienne.

Calls for Expertise & Innovation Contests

Inject on-demand expertise into industrial innovation projects to accelerate decision making and overcome technical and scientific obstacles