Lors de la table ronde « PME : comment intégrer des technologies avancées, en partenariat avec la Recherche » qui a eu lieu lors des RDV Carnot les 5 et 6 mai à Lyon, Florin Paun, Directeur Adjoint Innovation Industrielle à l’institut Carnot ONERA-ISA, a expliqué pourquoi « la recherche française n’est pas câblée pour l’innovation ».

Les TRL

Après quelques propos provocateurs, Florin Paun, a expliqué le concept de Technology Readiness Level. Il s’agit d’une notion très utilisée dans les domaines de l’aérospatial et de la défense et qui permet de qualifier le niveau de maturité d’une technologie.

« Technology Readiness Level (TRL) is a measure used by some United States government agencies and many of the world’s major companies (and agencies) to assess the maturity of evolving technologies (materials, components, devices, etc.) prior to incorporating that technology into a system or subsystem. » (Wikipedia).

La recherche française dans les TRL

Comme le montre la figure « TRL et recherche française », les TRL vont de 1 à 9. TRL 1 correspond à la recherche fondamentale, TRL 2 à la recherche appliquée, TRL 3 et 4 à la fabrication d’un démonstrateur en laboratoire, TRL 6 et 7 à la fabrication d’un prototype et TRL 9 à une technologie prête pour la mise sur le marché.

La Recherche Publique Française n'est pas Câblée pour l'Innovation

TRL et recherche française (© Florin Paun)

Le positionnement naturel, (historique) de la grande majorité des laboratoires de recherche publique se situent dans des niveaux de TRL très bas (1 et 2). Les instituts Carnot sont situés un peu plus hait dans l’échelle des TRL et certains d’entre eux atteignent même TRL 4. Le CETIM, plusieurs fois cité en exemple par Florin Paun, est capable de remonter également assez haut dans les TRL.

Pour intéresser les industriels et particulièrement les PME (pour faire du techno-push, i.e. de la valorisation et pour favoriser la mise en oeuvre de co-développement), il faudrait que les technologies soit au moins à des niveaux de TRL 4 ou 5.

« Le techno-push avec des TRL inférieures à 4 n’intéressent pas les industriels. »

Pourquoi rester si bas dans les TRL ?

Lorsque il faisait ses études dans une des Grandes Ecoles française, la devise de celle-ci l’a toujours frappé, explique Florin Paun.

« Pour la Patrie, les Sciences et la Gloire… et ? et ? Il manque quelque chose, non? Pour la valeur ausi, peut-être !? ».

Il existe un blocage culturel, une certaine honte à parler d’argent.

Besoin de traduction

Un autre aspect mis en souligné par Florin Paun est l’existence de plusieurs déséquilibres entre la recherche publique et les PME.

  • Un déséquilibre relationnel : la recherche publique et les PME ne parlent pas la même langue. Il existe un besoin de traduction, de reformulation des besoins des PME et des solutions  apportées par les laboratoires de recherche.
  • Un déséquilibre financier et temporel : tandis que les PME prennent des risques financiers importants en passant des contrats de recherches avec les laboratoires, les chercheurs, quant à eux ne sont pas soumis au même contraintes temporelles et, du point de vue des PME, prendre du retard. Les motivations, ne sont tout simplement pas les mêmes (voir nos articles sur les collaborations recherche-industrie partie 1 et partie 2).

« Les déséquilibres créent de la valeur, mais ces déséquilibres doivent être comblés pour permettre la captation de valeur ».

Les SATT (Société d’Accélération du Transfert Technologique), récemment mise en place par le gouvernement vont avoir notamment comme mission de combler ces deux déséquilibre.

Conclusion

« PME : allez voir les Instituts Carnot ! »

Synergy Factory

We create on-demand multicorporate & multiexpertise task forces for innovation & Intelligence.